Les allergies alimentaires et nous...

Notre vie depuis 6 ans, c'est aussi la gestion des allergies alimentaires et tout ce qui tourne autour...


Et oui, notre Lily, notre grande chérie et première née est un prototype un peu défaillant avec lequel nous avons appris ce qu'étaient les allergies alimentaires, et à quel point elles peuvent être pénibles dans notre vie quotidienne. S'il y a une chose à laquelle on ne s'attend pas lorsque l'on devient parent, c'est bien à ce que notre tout joli bébé ait un souci de santé, plus encore, un souci qui le suivra tout le long de sa vie, et c'est pourtant ce que nous vivons avec elle depuis 6 ans.


Tout a commencé lors d'une soirée crêpes, je m'en souviens comme si c'était hier. Nous étions dans une crêperie avec des amis, prêts à assister à un concert de Olivia Ruiz, avec notre Lily jolie qui commençait à gouter tout ce qu'il y avait autour d'elle. Un petit bout de crêpe par ici, un bout de jambon pas là... jusqu'à ce qu'elle goute un bout de ma crêpe avec un œuf au plat à l'intérieur, et là, le début du drame. Pleurs, cris, colère, bébé tout rouge qui se couvre quasi instantanément de boutons autour de la bouche. Papa-pois la sort, la calme, la berce, elle fini par vomir et tout va mieux, on pense à ce moment là qu'elle a eu trop chaud, trop de monde, trop d'émotions, on rembarque notre bébé et on rentre à la maison, exit le concert...



Quelques temps plus tard, rebelotte, on recommence avec des petites galettes de légumes mélangés, grosse crise, une mini chouchoue qui essaie de me faire comprendre par tous les moyens qu'elle avait à l'école qu'elle ne veut pas de mes galettes, je la force, elle se couvre de boutons, elle vomit, ça va mieux... Je regarde la composition des galettes, le liant est de l’œuf, c'est à ce moment là que j'ai tilté et que j'ai raccroché avec la crêpe : notre chouchoue ne peut pas manger d’œuf. Notre entourage nous fait rapidement remarquer qu'elle mange des crêpes et des gâteaux, nous pensons donc alors que les œufs suffisamment cuits ne posent pas de problème. Nous informons sont assistante maternelle (qui a je pense super flipé mais qui nous a beaucoup épargné), voilà, plus d’œuf, trop facile.



Sauf qu'au fil des mois, les choses se sont accélérées et les ingrédients multipliés (sachant qu'à chaque fois nous avons découvert cela en "testant" les produits sans savoir forcément identifier l'aliment allergène du premier coup... Lentilles, petits pois, melon (juste le charentais, les autres c'était OK), fenouil, et surtout le vraiment pénible : noisette. Le simple toucher d'un produit contenant de la noisette lui fait des boutons, et la fait vomir dans la foulée.



Au bout d'un certain temps (il s'est passé de nombreux mois entre le moment où nous avons réalisé le problème, identifié les aliments allergènes, pris rendez vous et eu rendez vous), le bilan est clair : notre fille présente de nombreuses allergies alimentaires (ah bon ?) et son accueil en structure collective va être compliqué.



On a fait des pieds et des mains pour qu'elle ait accès à la cantine, et cela a finalement fonctionné, MAIS nous avons obligation d'apporter des paniers repas pour elle au quotidien. Après un grand ouf de soulagement au départ, on a vite réalisé à quel point c'est pénible et pas fun du tout de se balader avec une glacière TOUS les jours de l'année, mais c'est la condition siné qua non pour qu'elle soit accueillie en restauration scolaire, d'autan plus que ses allergies sont vraiment des allergies "de cantine". Pas une semaine ne passe sans qu'il n'y ait des petits pois, des lentilles, de la mayo, une omelette ou encore un gâteau au chocolat suspect. Je ne sais pas encore si nous aurons à préparer ses repas pendant toute sa scolarité, elle a de la chance, certains taux baissent d'année en année et nous ré-introduisont des aliments peu à peu



 En attendant, la gestion du panier repas est une organisation au quotidien :

- L'entrée doit être fourni dans un petit tuper avec son nom et son prénom mentionné dessus,
- Le plat principal dans un plat passant au four a X degrés (sorry, je ne me souviens plus de la température exacte maintenant que j'ai les bonnes gamelles), et de maximum 5 cm de hauteur (afin de rentrer entre 2 grilles des four de réchauffe),
- Le laitage et le dessert doivent être identifiés (ouais ouais même sur la banane tu met le nom de ton enfant ^^)
- Le tout doit être mis dans un sac en plastique transparent avec les prénom et nom de l'enfant inscrit dessus
- Le tout dans une glacière étiquetée elle aussi...


... oui c'est pénible... mais on s'y fait... et surtout, on essaie de le rendre fun ! (déjà que ma princesse mange à une table spéciale avec d'autres enfants qui ne rentrent pas dans les cases non plus...)

Je vous donne demain mes trucs et astuces pour rendre tout cela plus fun ^^

Commentaires

Anonyme a dit…
petite puce... et quelle galère !!!

Articles les plus consultés