Reprendre le travail après bébé

Cette semaine, j'ai renouvelé mon congé parental ! Il était temps, j'étais juste à la date limite, cela aurait été dommage de la rater vu que la décision était prise depuis de nombreuses semaines maintenant.
Et pourtant, cette décision n'a pas toujours été évidente, j'en avais parlé ici en vous disant que je vous donnerai des nouvelles, et finalement le temps est passé tellement vite que je n'y suis pas revenue... A vrai dire, je ne me voyais pas au départ prendre l'intégralité de mon congé parental, et en même temps je ne me voyais pas du tout non plus reprendre le travail. Du coup j'ai prolongé une première fois de 6 mois, puis à nouveau de 1 an !


En ce qui concerne la reprise du travail après bébé, j'ai eu deux expériences très différentes. Après la naissance de Lily, je n'y avais pas vraiment réfléchi. Il fallait que je reprenne le travail, après une naissance fin juin la fin de mon congé maternité arrivait à quelques jours près à la rentrée scolaire. Ayant encore plusieurs personnes de ma famille dans le rythme scolaire, cela me paraissait tout à fait logique de reprendre à cette date là (je me sentais même hyper privilégiée en reprenant 2 jours après la rentrée scolaire).
Pour mettre cela en place, j'ai du faire une demande de place en crèche à 3 mois de grossesse, et apprendre au mois d'avril (soit 2 mois avant sa naissance) que nous n'avions pas de place. Nous avons du chercher la "nounou parfaite" sans connaitre notre bébé, sans l'avoir même rencontré, après en plus un besoin en amplitude horaire assez élevé (genre 55 heures par semaine). J'ai commencé à appelé des personnes que l'on m'avait recommandé qui :
- ne travaillaient pas le mercredi
- ne prenaient pas les bébés plus de 3 jours par semaine
- ne travaillaient que pour des medecins...
Bref, j'en ai entendu du buls..t plus que ce qu'une femme enceinte peut en supporter en un après midi, il ne m'en fallait pas plus pour me transformer en lionne et trouver une solution. J'ai fini par prendre la liste fournie par le RAM de notre petit village, j'ai pris la liste à l'envers me disant que les premières devaient déjà être au plein, et j'ai trouvé LA nounou, celle qui acceptait mon bébé 55h par semaines sans ronchonner. Nous avons été chez elle, assez horrifiée par ses propos et sa façon de faire avec les enfants, mais nous n'avions pas vraiment le choix (ni notre bébé entre les mains), nous avons signé un engagement avec elle.
Arrivé la fin du mois d'août, la semaine d'adaptation et je sais direct que ça ne va pas le faire. Exit les jouets qui ne passent pas les tests et qui sont tueurs de bébé, on parle plutôt de piles de repassage faites pendant les heures de garde, télé qui hurle avec bébé de 2 mois et demi posé devant, couffin posé sur le canapé (avec le chien posé dessus) et mari accusé de harcèlement sexuel... Le tout en 4 jours, ça fait beaucoup à encaisser pour des tout jeunes parents...
Une semaine après j'appelle la coordinatrice des crèches de la ville, je n'arrive pas à l'avoir. Elle me laisse un message, je rappelle, elle n'a pas vu mon appel, elle voulait me joindre parce qu'elle avait une place à me proposer suite à un désistement. Nous retirons immédiatement Lily de là et faisons une adaptation express (2h) chez sa nouvelle assistante maternelle qui est une vraie perle. Elle y trouve un cadre équilibré, des copains, une relation saine et retrouve le sourire (incroyable comment en 10 jours un bébé peut changer du tout au tout...).

A partir de là, j'ai pu reprendre le travail sereinement, et avoir un bébé m'a vraiment donné des ailes. Certes j'étais, nous étions épuisés, mais avoir ce bébé à la maison m'a permis de me sentir grandie, plus forte, plus sûre de moi, je pense que j'ai passé les deux meilleurs années professionnelles de ma vie.





Lors de ma grossesse de Nora, je vous l'ai déjà raconté 1000 fois j'ai demandé ma mutation sur nos bureaux de Montpellier. J'avais prévu de prendre quelques mois de congé parental afin d'arriver à la fin de l'année sereinement, enfin, tout ce qu'il est possible de façon sereine avec une petite qui rentre à l'école, un bébé et un déménagement à travers la France.
Et comme notre vie n'était pas assez compliquée à ce moment là, j'ai finalement repris à mi temps après la rentrée jusqu'à fin décembre, le tout en télétravail et avec mon bébé à la maison H24. J'ai fait cela pour dépanner, mais avec du recul, c'était l'une des pires décisions de ma vie. Travailler depuis la maison a été très compliqué. Ce n'était pas prévu, j'ai du trouver de la place pour rajouter un ordinateur dans notre petit salon, et mon travail impliquait beaucoup de brainstorming et de concentration que je ne pouvais pas vraiment faire avec mon petit bébé à la maison. Le premier mois a été plutôt simple, elle dormait beaucoup et je pouvais travailler comme prévu voire plus. Et puis il y avait la grande... A récupérer à 11h30, pas d'école l'après midi pour cause de dortoir surchargé (apparemment les ATSEM marchaient même sur les matelas tellement qu'il y avait d'enfants), pas très simple de caser tout ce que je devais faire, même en mi temps. J'ai finalement réussi à trouver une solution avec l'école : il gardaient la miss jusqu'à la fin de la pause dej et j'allais la chercher juste au moment où je finissait de travaillait... enfin, je finissait en théorie mes horaires, mais je reprenais très souvent le soir voire la nuit. Cela nous a permis de rester à flot financièrement le temps de payer le déménagement et vendre la maison, mais ça a vraiment été une période très difficile. J'ai repris officiellement début janvier dans des nouveaux locaux avec une nouvelle équipe totalement vidée et démotivée, alors que j'aurai du être en pleine forme... dommage...
Une fois que j'ai repris le travail, c'est PapaPois qui a géré les filles. Il avait besoin d'un gros break, de reprendre des forces et il a géré comme un chef. Mais malgré cela, j'ai eu beaucoup de mal à trouver ma nouvelle place de working mum de 2 enfants avec un papa à domicile. Ma mauvaise conscience reprenait souvent le dessus, et j'avais du mal à gérer au bureau comme à la maison (et en plus la période a été particulièrement difficile au travail). Au fil des mois, j'ai vraiment fini par toucher le fond, et c'est à ce moment là que j'ai appris ma troisième grossesse.




A la découverte de ma nouvelle grossesse, nous avons pris la décision avec PapaPois que j'arrêterai de travailler quelques temps. Il avait de son coté des gros projets professionnels qui pouvaient décoller d'un moment à l'autre et je ne voyais pas comment gérer les trois loulous en travaillant tous les deux comme nous le faisons. Par ailleurs, je n'étais vraiment pas loin du burn out professionnel et il était pour moi hors de question de retourner au bureau sans avoir repris des force, de l’estime et de la confiance en mois. Au bout de deux ans, je commence tout juste à me sentir mieux de ce coté là, et j'ai envie de me reconstruire, mais sans bruler les étapes, ce qui n'est pas toujours simple à comprendre pour mon entourage.



Je trouve que la reprise du travail est vraiment violente quand on vient juste de rencontrer son bébé et qu'on essaie de retrouver nos repères en tant que famille et non plus en tant qu'adultes indépendants. Je suis assez admirative des personnes qui y arrivent (ou qui n'ont pas le choix bien entendu) et seule ma volonté de "retrouver contact avec des adultes" après la naissance de Lily m'a, je pense, donné des ailles professionnellement. Je ne sais pas de quoi sera fait notre avenir, je sais juste que je suis contente des efforts que nous faisons au quotidien pour pouvoir nous offrir la facilité d'avoir maman à la maison pour soulager le quotidien...

Et vous, comment avez vous vécu vos reprises du travail ?

Commentaires

Articles les plus consultés